DIFFICULTES SCOLAIRES
Quelques livres pour y faire face

AIDER L’ENFANT EN DIFFICULTE SCOLAIRE

 

De l’auteur Jeanne SIAUD-FACCHIN, psychologue clinicienne et créatrice des premiers centres spécialisés dans le diagnostic et la prise en charge des troubles des apprentissages.
Ce livre guidera les parents inquiets par les difficultés scolaires de leur enfant, ayant des origines variées telles que les troubles de l’attention ou de la mémoire, en passant par l’agitation, le mal-être ou encore un problème de confiance en soi. A travers ce livre, les parents sauront quand s’inquiéter, à quel moment est-il conseillé de demander de l’aide extérieure et de consulter et enfin quelles peuvent être les prises en charge face à l’échec scolaire.

______________________________________________

L’AIDE STRATEGIQUE AUX ELEVES EN DIFFICULTE SCOLAIRE
COMMENT DONNER A L’ELEVE LES CLES DE SA REUSSITE ?

De l’auteur Pierre VIANIN, diplômé de l’Institut de pédagogie curative de l’Université de Fribourg (Suisse), aujourdhui enseignant professeur à la Haute Ecole Pédagogique du Valaiss. A travers de nombreux exemples ainsi que la présentation de démarches stratégiques de l’apprentissage de la lecture/écriture et mathématiques, l’auteur montre comment améliorer l’efficacité en utlilisant les bonnes méthodes d’apprentissage.

______________________________________________

DIFFICULTES SCOLAIRES: LES SOLUTIONS AU CAS PAR CAS (5-15 ans)

 

Des auteurs  Françoise DEVILLIERS et Philippe SCIALOM, respectivement journaliste spécialisée dans la psychologie de l’enfant et psychologue clinicien et psychothérapeute. Elaboré à partir de cas familiaux réels, ce livre est un guide donnant étape par étape, une démarche à suivre aux parents en détresse devant aux difficultés scolaires de leur enfant ainsi que des moyens concrets et efficaces pour y faire face.

______________________________________________

INCONTOURNABLE JALOUSIE FRERES/SOEURS
Faire face à ce sentiment si naturel

Auparavant refoulée, la jalousie est aujourd’hui considérée comme un passage quasi obligé dans la relation fraternelle, une étape structurante et inévitable.

Ou commence la jalousie ?
Elle commence dès la naissance d’un nouvel enfant. Son expression, sa virulence, vont dépendre de l’écart d’âge entre les enfants, de la personnalité des enfants mais aussi de leur relation avec les parents au coeur du foyer.
L’arrivée du petit dernier va entraîner des questions fondamentales du type: « mais pourquoi mes parents ont-ils ressenti le besoin d’avoir un autre enfant? » « ne suis-je pas à la hauteur de leurs attentes?, « je ne serai plus le seul, l’unique, choyé, au coeur du foyer? », « ils vont moins m’aimer » etc… En fonction de l’âge, ces sentiments seront plus ou moins exprimés, mais seront cependant bien présents.

Expression de la jalousie
Toujours fonction du contexte familial, la jalousie fraternelle peut s’exprimer par différents moyens: agressivité verbale ou physique, inquiétude, repli sur soi et refus du dialogue, possesivité accrue, disputes quotidiennes, rejet des parents…

Comment réagir face à la jalousie au sein de la fratrie
Il est nécessaire de ne pas être trop interventionniste. Les caractères se forgent, les personnalités se développent et se renforcent à travers ces sentiments. La socialisation doit suivre son cours. Cependant, lorsque la jalousie s’exprime à travers la violence, une intervention devient alors nécessaire de la part des parents, qui ne peuvent la laisser s’installer au sein de la famille.
La comparaison entre enfant doit être absolument évitée, et tenter d’installer une égalité parfaite entre les enfants reste une utopie. Chaque enfant a sa propore personnalité et des activités spécifiques peuvent être partagées avec chacun, dans le respect de cette personnalité et de l’âge de l’enfant. Les parents doivent savoir prendre le temps avec chacun.

En conclusion, la jalousie est une étape normale et structurante qui doit être vécue puis dépassée pour faire finalement place à un équilibre au sein de le fratrie, dans le respect du partage.

BIBLIOTHEQUE:

   

       

GRANDIR EN SECURITE
Trois guides pour prévenir

Guide émis par Daniel Lambert, psychologue
Prix de lancement pour les 3 guides, 20€
, satisfait ou remboursé

Découvrez à travers ce guide comment donner les clés de la sécurité à vos enfants: , savoir identifier les dangers du quotidien, savoir réagir à ces dangers. Ces trois guides, simples, efficaces et amusants, vous aideront à découvrir à travers les réponses de votre enfant s’il sait reconnaître les dangers et y faire face (incendie, danger des médicaments, jeux à risque avec ses camarades ou encore agressions). Ne SUPPOSEZ pas, CONFIRMEZ ce que sait votre enfant.

Convaincu de l’efficacité de ses guides, Daniel Lambert propose une GARANTIE SATISFACTION 100%, avec un remboursement sans question.

Cliquez ici pour plus d’information:

______________________________________________

DANGER ECOLE:
Jeux à risque

Les enfants (pré-adolescents ou adolescents) passent quasi systématiquement par une phase de rébellion, pendant laquelle ils testeront leurs limites. Il est illusoire de croire que l’encadrement parental suffira à éviter cette période particulière, où la personnalité de l’enfant s’affine à travers ces expériences. Mais il est critique que les parents prennent conscience des risques liés à certaines pratiques et mettent autant que possible ces risques « sous contrôle ».

QUELS RISQUES ?

Les enfants s’intéressent de plus en plus jeune à des jeux dangereux, voire mortels, tels que le jeu du foulard (jeu d’étranglement, pratiqué seul ou avec d’autres). A travers ces pratiques, ils recherchent à la fois des sensations fortes (vertiges, hallucinations, …), mais confirment également leur personnalité « rebelle » au sein d’un groupe.

Ils n’ont aucune idée des dangers liés à ces jeux, la mort restant pour la plupart un concept encore irréel voire absent de leur environnement. Toujours à la recherche de nouveauté, les enfants redoublent d’imagination et réinventent avec toujours plus de violence l’application de ces pratiques à risque.
PARENTS: VIGILANCE ET PREVENTION

Avec plus de 10% des enfants touchés par ce phénomène et plusieurs décès chaque année, ces jeux à risque ne peuvent pas être ignorés des parents.

La communication et la prise de conscience par l’enfant reste les clés de la prévention.

L’information de l’enfant sur les risques encourus peut se faire à travers d’autres expériences vécues et racontées, à travers des camarades/frères/sœurs plus âgés.

Les parents seront également vigilants en observant les comportements et les signes qui peuvent alerter (signes physiques -marques, maux de tête, perte de concentration, … ou psychiques: repli sur soi, peur de l’école, …).

CONSEILS ET AIDE A TRAVERS LA BIBLIOTHEQUE, à destination des parents et des enfants:

 
      

______________________________________________